S’INSTALLER DANS LA NATURE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

S’INSTALLER DANS LA NATURE

Message  Invité le Mer 28 Avr 2010 - 17:02

L’ART DE S’INSTALLER DANS LA NATURE

INTRODUCTION
Que l’on campe seul ou en groupe, dans son jardin ou à 20 000 km de chez soi, les techniques sont les mêmes ; seules les possibilités de réapprovisionnement en vivres ou en équipements diffèrent. Il est évident que, près du domicile, si les circonstances tournent mal, il est facile de s’y réfugier. Loin de la civilisation, il en va tout autrement. C’est pourquoi, il est important de savoir où et comment s’installer en s’assurant bien-être et sécurité, quelles que soient les contraintes des lieux. Selon la durée du stationnement, la conformation du terrain et la logistique emportée, les conditions d’existence seront rustiques ou confortables, car étroitement liées aux ressources du site. Avec les recommandations et les techniques appropriées accessibles à tous, vous parviendrez à séjourner n’importe où sans difficulté, voire avec agrément.

Naturellement, rien ne se substitue à l’expérience, encore moins aux dons naturels ; exemple : si quelques personnes sont en possession du même livre de cuisine et effectuent la même recette avec les mêmes ustensiles et ingrédients, combien la réussiront, combien feront mieux et combien échoueront ?

Nous ne décrivons que les techniques de base du campement hors des terrains réservés à cet effet, sachant que sur ceux-ci, les conditions d’existence sont plus faciles en raison des commodités et du confort qu’offrent les installations dont ils sont équipés. Quoique rustiques, ces techniques sont parfaitement compatibles et adaptables à toutes les circonstances.

I AVANT DE PARTIR

LOGISTIQUE
1. Établir une liste détaillée de tout ce qui est nécessaire tant en matériel personnel et collectif qu’en vivres. Emportez-la, elle sera utile pour refaire l’inventaire à la fin du camp. Si vous partez à plusieurs, comparez réciproquement les listes personnelles, chacun faisant vérifier son matériel par les autres ; faire de même à tour de rôle pour l’équipement collectif. Cette précaution limite les oublis et le matériel inadapté. Exemple : nous avons rencontré des campeurs en possession de réchaud et de combustible, mais démunis de moyen de produire du feu ; ils n’avaient ni allumettes ni briquets…

2. Compléter ce qui manque sans omettre les pièces de rechange et ne pas hésiter à emporter quelques accessoires en surnombre, piquets de tente par exemple.

3. Se familiariser avec tous les matériels nouveaux avant leur première mise en service en situation réelle. Exemple : s’entraîner à monter la tente de jour comme de nuit.

4. Vérifier soigneusement l’état de ces articles. Réparer ou remplacer ce qui doit l’être. Ne jamais partir avec des équipements incomplets ou défectueux.

5. Toujours avoir de quoi réparer, sans se charger à l’excès.


II INSTALLER LE CANTONNEMENT
CASTRAMÉTATION
C’est l’art de choisir un lieu de camp, la manière de l’aménager, d’en disposer les installations et toutes les techniques s’y rapportant. Aujourd’hui, nous disons indifféremment camping.

CHOIX DU SITE
QUAND ?

Essayez d’arriver au moins deux heures avant la tombée de la nuit : aussi perfectionné soit-il, votre éclairage artificiel ne remplace jamais la lumière du jour.

OÙ ?
Ces recommandations dans le choix du site sont applicables à toutes les régions du globe.


ÉVITEZ :
• Les pieds de falaises, les surplombs et les éboulis : chutes de pierres.

• Les couloirs d’avalanches : chutes de neige, de pierres ; coulées de boue.

• Les grottes et cavernes : humidité ; chutes de pierres, écroulement du plafond ; enfumables, on ne peut qu’exceptionnellement y faire du feu ; inondables ; refuge d’hôtes indésirables : chauve-souris (quelques espèces sont vecteurs de rage), fauves dans certaines régions (ours, gros félins, etc.), serpents.

• Les lieux immergeables (crues) : creux ; fonds de vallées ; rives basses des plans ou cours d’eau ; aval des barrages de retenue ; torrents, lits de rivières ; même s’ils sont à sec comme les oueds, cela ne dure pas.

Les terres basses : pour les mêmes raisons que ci-dessus et parce que froid et brouillard y stagnent : creux et fonds de vallées.

Le voisinage immédiat d’eaux stagnantes (mares, étangs, lacs) ou les cours d’eau à faible courant :
- présence de moustiques des pôles à l’équateur ;
- habitat et lieu de chasse des grands sauriens (crocodiles, alligators), nidification et ponte sur les berges, les femelles défendent férocement leur nid. Attention! Ne pas se fier à l’apparente léthargie de ces reptiles ; même à terre, ils sont extrêmement vifs et rapides lorsqu’ils attaquent ;
- habitat de l’hippopotame : la nuit, il pâture sur les rives. Ne vous trouvez jamais entre lui et l’eau, il chargera furieusement ;
• C’est l’animal africain qui a le plus de victimes humaines à son actif.

- abreuvoir de la faune locale. Il est donc normal que les prédateurs privilégient ces endroits pour s’y embusquer. Pour eux, l’être humain est une proie comme les autres.

Les arbres
Même si vous recherchez leur ombre, ne vous installez jamais directement en dessous :
- ils font paratonnerre : attention aux arbres isolés ;
- risque de chutes de sujets ou de branches pourris : les chênes en particulier ;
- l’hiver, la chaleur de votre feu fera fondre la neige accumulée sur les branches, puis tombera dessus, ruinant les efforts que vous aurez consenti pour l’allumer (cf. illustr. p. 000). Vous risquez également d’y mettre le feu et d’occasionner un incendie de forêt dans lequel vous pouvez être pris ; ou, trop près du tronc, la chaleur fera bouillir la sève, ce qui tuera l’arbre ; la législation de nombreux pays interdit d’allumer un feu sous un arbre : ce n’est pas sans raison ni par tracasserie gratuite. Pensez-y!
- les oiseaux laisseront leurs espiègleries sur votre tente ; sous d’autres latitudes, ratons-laveurs ou singes vous causeront des dégâts encore plus importants.

• Les endroits élevés ou les grands espaces dégagés exposés au vent

• Les endroits sans ombre

• Les très hautes herbes
Elles cachent la vue, s’enflamment très facilement et des prédateurs s’y dissimulent.

• Le voisinage de décharges et autres lieux d’épandage.

PRÉFÉREZ
Les endroits ayant les qualités suivantes :
- disposant d’eau potable à proximité ;
- ouverts sur un paysage agréable ;
- abrités du vent ;
- abrités des indiscrétions, sans qu’ils vous dissimulent complètement, sauf par sécurité dans quelques cas précis ;
- à berges hautes, ou difficilement inondables ;


Ceux-là ne s'en sortent pas trop mal !

- ombragés la moitié de la journée, plus particulièrement l’après-midi ;
- sur une légère élévation de terrain ou à mi-pente.

Presque toujours, ces exigences ne seront qu’en parties satisfaites, car vous ne trouverez qu’exceptionnellement le coin idéal.

À suivre…


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: S’INSTALLER DANS LA NATURE

Message  Invité le Sam 16 Oct 2010 - 7:50

wouaah, super interessant tout ça.

Si il pouvait y avoir une suite je suis preneur Smile

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum